Ce projet, initié en collaboration avec le gouvernement norvégien, permettra de déterminer la prévalence de la gonococcie chez les personnes vulnérables (travailleuses de sexe, et les LGBT). Le flux de transmission des souches de Neisseria gonorrhoeae sera étudié, ainsi que leurs caractéristiques phénotypiques et génotypiques